Soul pluriel - August 29, 2014

Chanteuse-claviériste ayant trempé dans le ka et le gospel, la Montréalaise Malika Tirolien a de qui tenir puisqu’elle est la petite fille du poète Guy Tirolien, associé au mouvement de la négritude. Arrivée ici de la Guadeloupe en 2001, elle est devenue la protégée des grandes familles de Kalmunity et de Nomadic Massive. Et pour cause : la voix puissante et le registre ample, elle ne sent pas le besoin de trop forcer, mais lorsqu’elle monte en intensité dans sa soul plurielle, elle devient bouleversante. Chez elle, tout semble partir de la soul, mais les influences sont multiples et fort bien intégrées, des vocalises gospel aux percussions afro-caribéennes et africaines, des passages hip-hop ou r’n’b à la guitare saturée, en passant par les espaces planants, les sonos électros et le jazz caraïbe sous le rap. Elle chante la lumière et la révolution, en créole surtout. Au bout de ses combats, le soleil se pointe. Elle a de l’avenir.

Crédits :  Yves Bernard

Lien de L’article